Des planches. Planches oubliées au fond d'une grange ou d'un grenier. Planches rejetées par le menuisier. Planches parfois très aimées avant moi par quelque insecte de passage. Planches fendues, planches dégradées. Planches rescapées - par quel miracle ? - du tas de « bois de brûle ».

Planches condamnées ?

Voire ! Un ponçage-décapage sommaire met à nu des figures, des réseaux de lignes ou de fentes, des nœuds, des gerces, des roulures... Toutes traces prétextes à l'imagination. Ma mine noire court de l'un(e) à l'autre, invente des liens, contourne, souligne… Des formes naissent, un personnage parfois paraît… L'atelier nous appelle, la planche et moi !